III . De la Révolution à 1850



 
 

Un peu avant la Révolution, en 1775, Turgot organisa une nouvelle division territoriale à l'intérieur des départements : les cantons, dont la taille devait permettre à un cavalier de le traverser en une journée. La Creuse n'échappa pas à cette division, et c'est ainsi qu'Ars devint chef-lieu de canton, et ce jusqu'à environ la fin du XVIIIè siècle: en 1808, il était déjà rattaché à celui de Saint-Sulpice-les-Champs.



 
 

Quelques anecdotes :

  Le 19 Floréal an IV de la République, = 1795, l'instituteur et l'institutrice sont placés dans le presbytère (l'actuelle mairie), car la maison curiale de Saint-Sulpice où ils logeaient est attribuée à l'instituteur de ce canton. Mais on leur reproche de ne pas entretenir les jardins du presbytère qui restent sans culture: cela leur vaut une réunion du "conseil cantonal" et de sévères remontrances ! 
  Le 10 Prairial, un conseil se réunit pour une affaire concernant l'immigré du village : celui-ci était un dénommé Depouthe et était ... Corrézien !
  Le 25 Floréal an V de la République, = 1796, la restauration des cimetières du canton est décidée, car ils étaient trop délaissés et les animaux y fouillaient pour trouver de la nourriture.
  Le 15 Vendémiaire an VII de la République, = 1798, Napoléon arrive ... une proposition de souscription à l'armée de Terre pour les hommes volontaires de 18 à 30 ans est lancée.



 
 

Plus près de nous, le 29 septembre 1833, le maire, Jacques de Montégudet fit une demande de constitution d'une foire à Ars, de La Besse à la Vallade d'Ars, pour les jours suivants: 10 janvier, 2ème lundi avant lundi gras, 10 mai, 10 août, 10 novembre et 10 décembre. Ces dates ne portaient pas préjudice aux foires du voisinage, surtout celle, réputée, de Chénérailles.

 
Accueil Histoire
Époque Précédente
Époque Suivante