II . Le XIVè et ses châteaux



 
 
 

Au XIVè siècle, deux, peut-être trois, châteaux existaient sur la commune. 

Blason sculpté sur 
un linteau de porte à Védignat
Le château des barons du Breuille la Brosse se situait dans le village  du Breuil, mais il n'en reste aucune trace. Cette famille était issue de la noblesse de la Haute-Marche, et était bel et bien originaire du Breuil. Leur devise était: "Je brave le danger". Malheureusement, le 11 janvier 1615, un valet s'endormit avec une chandelle allumée; le château prit feu, et les écuries, la chapelle et une partie du château furent détruites. En 1720, les terres du Breuil et de Védignat furent vendues pour 4 500 livres au Duc de la Feuillade, Vicomte d'Aubusson. 

Blason des Du Breuil
Le château du seigneur de Chantauvert est le plus connu d'Ars. Il est aujourd'hui désigné par le nom de "Châteauvert", certainement à cause d'une déformation de prononciation. Tout ce que l'on peut en voir sur son site, à Villeloube, c'est un trou, délimité par endroit par des vestiges de murs à demi enterrés. Pourtant, il devait être assez important, car il existait des traces des fossés jusqu'à Semenon, avant le remembrement. Ce château aurait été détruit par Guy d'Aubusson, seigneur de la Borne, suite à une querelle qui l'aurait opposé au seigneur de Chantauvert à propos de volaille mal payée,  pendant la première moitié du XIVè siècle.

Meurtrières sur 
une grange à Védignat
Enfin, il court le bruit que peut-être un château, ou plutôt une abbaye, aurait été situé dans les bois de Conchas.

Date sculptée sur 
un linteau de fenêtre à Conchas
      Toujours est-il qu'il est facile de voir des vestiges de ces châteaux: beaucoup de maisons construites aux XVIIè et XVIIIè siècles, ont récupéré des linteaux, des cheminées, des entourages de fenêtres, et même des meurtrières ! 
   On peut aussi voir une des cheminées de "Châteauvert" au château de Villemonteix, près de Chénérailles.

La cheminée de "Châteauvert" 
à Villemonteix
    On associe à ces châteaux des souterrains ; ils existent réellement, mais sont en fait bien antérieurs au Moyen Âge. Il s'avérerait qu'ils soient d'origine préhistorique, et qu'ils servaient d'abri contre des bêtes sauvages, entre autres. Certains souterrains permettent le passage d'un homme tenant un cheval, d'autres ne sont praticables qu'à quatre pattes. Ils auraient été ensuite réutilisés pour les villas gallo-romaines, et naturellement pour les maisons-fortes puis les châteaux, avant de sombrer dans l'oubli lors de périodes plus pacifiques. Les serfs eux-mêmes pouvaient s'y abriter pour échapper aux bandes de pillards.
    Ces souterrains étaient creusés là où le tuf le permettait, et leur galerie se ramifiait parfois. On y a découvert des niches et même des salles aménagées, avec des sièges creusés dans les parois. De loin en loin, des cheminées laissaient circuler l'air.
   On connaît leur existence aujourd'hui, mais très peu sont vraiment situés; quant aux entrées, elles sont souvent bouchées et totalement méconnues. Certains de nos anciens se rappellent pourtant que sur tel chemin, la voiture tirée par les bœufs créait une résonance, non loin de "Châteauvert"; et un paysan n'oubliera jamais sa découverte d'un tunnel : son tracteur avait fait effondrer une voûte et s'y était enfoncé de moitié ! Malheureusement, cette trouvaille n'intéressa pas grand' monde, et le tout fut vite rebouché pour retomber dans l'oubli.

 
 Accueil Histoire
 Époque suivante